Actualités parc

Actualités Rugby

Recevoir notre newsletter
OK
  • colis privé
  • BOUYGUES IMMOBILIER
  • pub boutique
  • DUMEZ
  • BUCKLER SECURITE
  • PLD AUTO
  • chateau la pioline
  • VERSO
  • QUINCAILLERIE AIXOISE
  • toyota
  • chateau la coste

PARC 9 - 28 La Rochelle : Cher payé

  

19h54 03.11.12

Dix-neuf points d'écart au tableau d'affichage, certains, les pessimistes, trouveront ça logique entre deux équipes aux ambitions opposées. D'autres, les optimistes, trouveront ça sévère. parcrugby.com, lui, est plutôt du genre optimiste.
Car pendant longtemps, sur ce terrain rendu très gras par la pluie, on a cru que le PARC trouverait la solution pour "rentrer" dans le bonus défensif. Après une première mi-temps difficile, face à une équipe de La Rochelle du genre "épais", mais aussi très réaliste, les hommes de Nourault et Stoltz repartaient bien mieux en seconde. Très vite, Viazzo ramenait le score à 18 à 9 et, pendant un gros quart d'heure, Rochette et ses partenaires tentaient de trouver la faille. Mais à chaque fois, les Maritimes réussissaient à éteindre le début d'incendie. Juste à temps. Même quand Labarthe se faufilait au travers du rideau visiteur, qu'il déboulait sur 40 mètres, il y avait un Rochelais pour calmer les ardeurs aixoises…

Énorme Fauqué

Et puis, ce qui devait arriver arriva. Un ballon glissant, une faute de main, le cuir qui traîne, un petit coup de pied "footeux", Cler qui sort les cuisses et La Rochelle qui porte l'estocade. 25 à 9. Dur à encaisser… L'arbitre, lui, était au niveau des Aixois en première mi-temps, c'est-à-dire très moyen. Les Noirs étaient beaucoup (trop) sanctionnés en mêlée et Fauqué aura réussi un quasi-sans faute. L'homme du match, c'était lui : coups de pied de dégagement, chandelles, pénalités, petits coup de pieds par dessus… L'ouvreur charentais récitait une magnifique partition et tirait, presque à lui tout seul, son équipe vers le succès.
Au final, si la victoire de La Rochelle ne souffre d'aucune contestation, les Aixois, de par l'agressivité qu'ils auront mis dans la bataille, aurait certainement mérité un petit quelque chose… Mais le sport est ainsi. Parfois cruel.


Réactions

Nourault : "La différence de puissance est nette"

Pierre Rochette (demi-de-mêlée du PARC): "On n'a pas su confirmer notre sursaut narbonnais… On manque d'agressivité en première mi-temps, on est un peu attentiste. On les laisse mener leur petite barque tranquillement… Eux étaient très en place sur les fondamentaux : la mêlée, les ballons portés… Et nous on n'a pas réussi à relever ce défi-là. Par contre on fait une bien meilleure deuxième mi-temps où l'on réussi à déplacer un peu plus le jeu, on les met à la faute. La différence entre une équipe du haut de tableau et nous, c'est qu'ils sont très en place sur leurs bases, très solides, très "épais"… Et nous, si on n'arrive pas à compenser ça par un surplus d'envie, d'agressivité et une organisation sans faille, et bien on s'en sort pas… c'est ce qui c'est passé ce soir…"

William Bonet (talonneur du PARC, photo) : "On a été bousculé en mêlée, surtout dans les moments importants. On n'a pas réussi à les contrer là-dessus. Sur un terrain aussi gras, on savait qu'il faudrait être forts sur les bases… On ne l'a pas été et à la sortie on s'est beaucoup mis à la faute. Après, quand on court après le score, c'est toujours dur de revenir. On revient en seconde mi-temps en réussisant à faire un peu de jeu, mais on se met à la faute au soutien… On a tout fait pour revenir, mais contre cette équipe c'était très compliqué… Et on s'est fait prendre en contre."

Didier Nourault (entraîneur du PARC) : "L'écart au tableau d'affichage ne reflète pas forcément l'écart entre les deux équipes puisqu'on prend un contre à la fin. Mais on a vu une grosse puissance rochelaise ce soir. C'est une équipe très costaud. En première mi-temps, on a manqué d'agressivité mais je crois que l'équipe rochelaise y est aussi pour beaucoup. En deuxième mi-temps, on essaye de jouer un petit peu plus mais face à une équipe aussi solide, aussi bien en place, ça a été très difficile. La différence de puissance entre les deux équipes est nette. Je crois que les joueurs ont tout donné, qu'ils ont essayé de faire le maximum et ils sont très marqués.
Après, on peut penser que quelques décisions arbitrales ne nous ont pas souri en mêlée - et on les re-regardera à la vidéo - et ça créé, au fur et à mesure, cette différence au score.
Après quand on a réussi à franchir, deux-trois fois, leur rideau défensif, on a manqué de soutien parce qu'ils ferment les portes très vite. On a eu quelques solutions par le jeu au pied aussi. Mais avec ces conditions… il n'y a pas beaucoup de possibilités d'enchaîner les temps de jeu. Et on revient vite sur une mêlée, sur une touche ou sur un ruck… Et là ils sont très puissants. C'était compliqué de réussir à concrétiser chacun des coups
".