Actualités parc

Actualités Rugby

Recevoir notre newsletter
OK
  • colis privé
  • BOUYGUES IMMOBILIER
  • pub boutique
  • DUMEZ
  • BUCKLER SECURITE
  • PLD AUTO
  • chateau la pioline
  • VERSO
  • QUINCAILLERIE AIXOISE
  • toyota
  • chateau la coste

Qui es-tu... Gérard Delvecchio ?

  

19h22 05.02.13

Deuxième volet de notre série sur les éducateurs de l'École de rugby. Au menu aujourd'hui, Gérard Delvecchio, qui s'occupe des minimes du PARC.

Bonjour Gérard, peux-tu nous parler de ton parcours personnel ?
Après le bac, je me suis orienté vers un DUT GEA avant de me lancer dans une Maîtrise gestion. Ce qui m'a naturellement amené à ma profession actuelle. Aujourd'hui, je suis gérant de la société Passion Beauté, qui réalise de la vente en gros - en France et à l'export - et au détail de produits de parfumerie.

Aujourd'hui tu es éducateur des minimes du PARC. C'est ta première expérience d'éducateur ?
Oui, c'est ça, même si j'ai un long parcours sportif derrière moi. J'ai joué au rugby à ce qu'on appelait encore l'ARC, jusqu'en juniors, et depuis l'école de rugby. De 16 à 26 ans, j'ai aussi fait dix ans de boxe en compétition, mêlées à une quinzaine de saisons de rugby au niveau régional. Ça fait désormais quatre ans que je m'occupe des minimes du PARC.

"Pour (ces équipes), battre le PARC..."

Quelles sont les caractéristiques de cette catégorie minimes, justement ?
Je m'occupe donc des minimes et plus particulièrement des première-année et des débutants. Ils ont entre 13 et 15 ans. C'est la dernière marche de l'école de rugby. Nous devons donc nous attacher, pour les première-année, à gérer la transition vers le rugby à 15. Pour la première fois, les joueurs évoluent sur grand terrain et, à partir du mois de janvier, les mêlées sont poussées. C'est donc une énorme évolution pour eux.
Concernant les joueurs, nous intégrons des joueurs aux profils très différents, que ce soit techniquement ou physiquement, et à la maturité parfois très hétérogène. L'équipe, elle, évolue sur des tournois régionaux.
Nous avons choisi, dans le but de préparer les joueurs au meilleur niveau minimes, de faire jouer nos première-année à 15 au plus haut niveau régional. Nous sommes donc confrontés à des équipes de deuxième-année plus solides physiquement et très motivées. Car on se rend compte que pour elles, battre le PARC… C'est pourquoi les victoires sont rares. Car la difficulté est très élevée.
Mais nous ne nous inquiétons pas. C'est très souvent pareil : les débuts de saisons sont difficiles, mais nous finissons très bien. Nos joueurs se renforcent physiquement et techniquement et parviennent souvent, en fin de saison, à prendre le dessus sur l'adversaire.

Sur quoi avez-vous insisté depuis le début de saison ?
Les objectifs sont bien définis. C'est, premièrement, de mettre à niveau les débutants, qui sont d'ailleurs fort nombreux cette année. Il faut leur donner les bases du rugby. Nous travaillons aussi beaucoup sur les attitudes pour réussir le passage à 15 et la validation des joueurs de devant en vue des mêlées poussées. Il y a aussi un gros travail sur la gestion de l'espace : le terrain double de surface par rapport à la catégorie inférieure ! Voilà, nous insistons aussi particulièrement sur la défense individuelle et collective et sur le mouvement en général. La catégorie minimes, c'est aussi celle du renforcement physique. C'est vrai, le programme est chargé !

"Le plaisir ! Ça c'est la base !"

Quel est votre objectif sur la fin de saison ?
Nous sommes à fond dans la formation individuelle et collective. peu importe le résultat comptable ! Le but, c'est d'amener le groupe à jouer les futures compétitions de haut niveau en deuxième-année, puis d'intégrer le groupe cadets du PARC. Un des objectifs qui nous tient aussi à cœur, c'est de perdre le moins de joueurs possible en cours de saison. Nous le faisons d'ailleurs de mieux en mieux. Enfin, la phrase est un peu "toute faite" mais ô combien importante : que chacun prenne du plaisir ! Ça c'est la base !