Actualités parc

Actualités Rugby

Recevoir notre newsletter
OK
  • colis privé
  • BOUYGUES IMMOBILIER
  • pub boutique
  • DUMEZ
  • BUCKLER SECURITE
  • PLD AUTO
  • chateau la pioline
  • VERSO
  • QUINCAILLERIE AIXOISE
  • toyota
  • chateau la coste

LOU 50 - 16 PARC : Si près et tellement loin…

  

17h32 03.03.13

 Excellent pendant une mi-temps, le PARC a ensuite perdu le fil de la rencontre pour finalement s'incliner sur un score très lourd.

L'image était saisissante. Pendant de longues minutes, les 23 Aixois seront restés sur la pelouse après le coup de sifflet final. Comme pour tout de suite se ressouder et resserrer les liens qui les avaient unis pendant près d'une heure. Dans le vestiaire, Phil Christophers en appelait aussi à la fierté et à l'honneur. Qu'il avait vu pendant une bonne partie du match. Celui-là avait même exprimé "sa fierté d'avoir été le capitaine de cette équipe aujourd'hui".
Car aussi incroyable que ça puisse paraître à la lecture du résultat, c'est bien le PARC qui était en tête à la mi-temps (12 à 16), grâce à un essai de son capitaine, Phil Christophers justement. Les Noirs respectaient alors les consignes à la lettre : une conservation du ballon de tous les instants. Conjuguée à une présence défensive cohérente, la tactique s'avérait payante. Le public du Matmut Stadium n'en menait pas large.

Satanée seconde période

Et puis la deuxième mi-temps. Maudite deuxième mi-temps. Comme à Tarbes il y a 15 jours, les Noirs ont peu à peu lâché prisé face à une ligne de trois-quarts rendant une bonne vingtaine de kilos par élément. Les Lyonnais perçaient une première fois par Ratuvou, une deuxième par Kavtidze et les brèches devenaient béantes… La solidarité ne suffisait plus. Les locaux allaient finir avec sept essais au compteur et atteindre la barre des 50 points. Les Aixois, eux, n'en auront marqué aucun dans cette satanée seconde période. C'est lourd. Très lourd. On a cru, pendant une heure, un PARC capable de créer l'exploit. La réalité (économique ?) nous a vite rattrapé.


Les réactions


Didier Nourault : "Quelque chose de cohérent pendant 60 minutes"


Gwendal Ollivier (troisième-ligne du PARC) :
"Contre une équipe comme ça, qui nous a usé, avec un jeu basé sur le défi, on a montré un visage cohérent pendant un bon moment… Mais à force de t'user, tu loupes un plaquage, puis deux… Et puis ça devient très dur. Sur l'ensemble du match, je ne crois pas qu'on mérite de prendre 50 points… Car on leur a tenu tête et sur quelques actions on a lâché. Au final, on a été trop imprécis pour pouvoir espérer mieux".

Julien Turini (pilier du PARC): "Au fil du match, ils commencent à nous transpercer. Arrivé à la 60ème minute, c'est devenu très difficile. On défendait en reculant, et on reculait aussi quand on attaquait. Alors forcément… Tu ne peux plus faire grand chose. Aujourd'hui, le LOU a su être une équipe, c'est peut-être ce qui leur manquait jusqu'à maintenant".

Didier Nourault (entraîneur du PARC) : "Cette équipe de Lyon a un potentiel énorme. Et face à elle, on a su présenter quelque chose de cohérent pendant 60 minutes. Après, on a eu des absences. À force de beaucoup donner… On n'a pas toujours été à 100%. Eux, ils ont toujours cette petite marge supplémentaire qui fait la différence. Sur l'engagement, l'état d'esprit, on a tenu 60 minutes. On a su être un collectif face à des individualités.Mais après, ces individualités prennent le dessus. Malheureusement, ça a été ça… Mais ce qui compte le plus, ce sont les deux prochains matchs (les récpetions de Colomiers puis de Narbonne, ndlr)".



À Lyon, Julien Sanchez